La mutilation de chevaux en France : Précaution à prendre 

Les attaques se sont multipliées ces dernières semaines et ce qui était jusqu'à présent considéré comme des crimes isolés en est venu à être considéré comme le travail de la même personne ou d'un gang perturbé. Un sombre mystère a déclenché la panique parmi les écuries françaises après que près de trente chevaux aient été mutilés et tués cette année dans différentes régions du pays. Les chercheurs n'excluent pas qu'il s'agisse de pratiques sataniques.

Des attaques impitoyables

Dans la plupart des cas, les attaquants ont coupé l'une des oreilles du cheval, semblable à un trophée de torero dans les arènes. Dans un cas la semaine dernière, une jument dans le sud-est de la France a été retrouvée éviscérée à côté d'un poney à l'oreille déchirée. Parfois, les auteurs prennent des parties osseuses ou des parties du nez de l'animal, ciblant les ânes et les poneys, ainsi que les chevaux. On se pose la question de savoir si c’est pour assouvir les demandes d’un culte.

Quelles sont les précautions à prendre

Depuis le début de ces mutilations d’équidés, les enquêteurs peinent à trouver les responsables de ces actes. L’inquiétude augmente dans les centres équestres. Des mesures préventives sont donc nécessaires pour éviter ces massacres. Ainsi, les autorités mènent des campagnes de prévention auprès des propriétaires où des conseils leur sont donnés. Pour mettre au mieux vos animaux en sécurité, il est conseillé de surveiller quotidiennement les prés. Éviter de laisser le licol sur vos chevaux. Mettez en place des caméras de surveillance. Vous pouvez également faire des rondes la nuit et au moindre indice suspect, composer le 17 pour vous faire aider par des autorités compétentes.

Les mutilations d’équidés ne sont pas un phénomène récent, ils existent depuis de nombreuses années. Mais ces derniers temps, ce phénomène survient de manière récurrente et le plus souvent sans explication. Il faut donc prendre mettre en place un système de sécurité pour empêcher les massacres.